22 mars 2018 - ele-chenove-violettes-21

Les CP vont aller à la piscine !!!

10 mars 2018 - ele-chenove-violettes-21

Il neige !!!

Il neige !    Il a neigé !!

On va faire une bataille !!! Un bonhomme !!!

 

 

 

10 mars 2018 - ele-chenove-violettes-21

La fête du 100ème jour !!!

Lundi 5 mars des ballons ont été accrochés au portail
et après les poteaux du préau.

Que se passe-t-il aujourd’hui ?

 

C’est la fête du 100ème jour d’école !

Depuis la rentrée de septembre, nous, les élèves de CP,
dénombrons chaque jour qui passe pour apprendre à compter jusqu’à 100.
Nous avons tous apporté une collection de 100 objets
que nous avons présentée à notre classe
(du riz, des pailles, du maïs, des collages, des bonbons, des ships, des élastiques, des jeux, des billes…).
Nous avons compté plusieurs fois jusqu’à 100 !

Ensuite nous avons réalisé l’arbre aux cent mots !

L’après-midi nous avons participé à des ateliers :
un en arts visuels, un en EPS et un en chorale.
Nous avons fabriqué un village ILLUMINÉ avec des maisons en papier.

A la fin de l’après-midi nous avons mangé
100 petits gâteaux confectionnés
par une maman
et nous avons eu chacun un ballon de baudruche.

   Maintenant on sait compter jusqu’à 100 !!!

4 février 2018 - ele-chenove-violettes-21

Les tablettes sont arrivées

Les tablettes sont arrivées !

Les élèves sont friands de ces outils !

 

La motivation des élèves est au rendez-vous, mais aussi la coopération (interactions entre pairs).

Les apprentissages semblent plus actifs.

La tablette permet de créer, de modifier, de travailler ensemble autour d’un même document ou de faire travailler les élèves en pair à pair. Elle favorise le partage, l’interaction, de nouvelles modalités de travail plus collaboratives. L’élève n’est plus passif face à l’information : il devient acteur, producteur, créateur de contenus (recherche d’informations, création de supports, etc.).

Vaste programme.

Pour l’instant, il nous faut les apprivoiser

et parfois l’élève est plus rapide que le maître !

14 janvier 2018 - ele-chenove-violettes-21
17 juillet 2017 - ele-chenove-violettes-21

Les photos du chantier

Et pour voir toutes nos photos, cliquez sur le lien ci-dessous :

NOS PHOTOS !!!

 

14 juillet 2017 - ele-chenove-violettes-21

Notre projet Street Art !!!

 

C’est terminé, nous sommes arrivés au bout !

Essai réussi de belle façon. Nous sommes fiers !

Le quartier est en couleur !

Merci à tous ceux qui auront été les « facilitateurs » de ce projet pharaonique.

Nos élèves, vendredi, ont eu un mal fou à quitter leur école ! Leurs larmes montrent combien le vivre ensemble est puissant quand il se construit autour d’un projet commun. Cette marque « Eltono – Violettes – 2017 » restera, dans un coin de leur tête, une trace indélébile, qui leur donnera, à l’avenir, un regard critique et aiguisé sur l’Art graphique urbain.

Voilà notre projet « sur papier », si on peut s’exprimer ainsi,

 en cliquant sur le lien ci-dessous :

projet street art chenove les violettes

 

 

 

24 mai 2017 - ele-chenove-violettes-21

Visite de Mme la Rectrice

Jeudi 18 mai, Mme Frédérique Alexandre-Bailly,
rectrice de l’Académie de Dijon,
est venue à l’école pour l’élaboration du futur projet académique.
Avant nous, elle avait déjà visité plusieurs écoles de l’académie.
Elle a d’abord pu échanger sur les relations entre les familles et l’école avec huit mamans qui fréquentent régulièrement l’Espace parents, mis en place depuis 2 ans tous les mardis 9H-10H15.
Les mamans soulignent les échanges nombreux et aisés avec la directrice, le coordonnateur REP+ ou les intervenants ponctuels (municipalités, secteur social, collège…).
Certains parents n’osent pas venir parce qu’ils ne comprennent pas la langue (langues parlées : kossovar, marocain, tunisien, algérien, africain, turc…)
Des mamans avaient préparé des gâteaux et du thé à la menthe rendant l’échange convivial et chaleureux.
Voici quelques remarques spontanées des mamans :
« ça fait du bien de communiquer entre nous »
« on a réponse à nos attentes et nos questions »
« on est le lien entre parents et instit’
mais aussi entre parents et enfants »
« on partage avec les autres »
«  on fait tomber les idées reçues, on connaît mieux les professeurs »
«  ça permet aussi aux enseignants de mieux comprendre nos enfants »

« il faut partir en sortie scolaire pour prendre conscience de ce qu’est la vie de l’école, le travail de l’instit. Ils devraient avoir des primes»

« il faut qu’on puisse relayer les règles de l’école à la maison »

«  les parents doivent aussi donner du temps aux enfants »

«  nous sommes rassurés quand on nous explique la méthode de lecture. »

« c’est difficile de comparer les méthodes que nous avons connues petits avec celles de nos enfants.»

« quand on rentre au pays c’est très différent.»

« Depuis que je suis à l’école des parents je comprends qu’il est important que mon enfant fasse autre chose que Ecole/Dormir »

Les parents déplorent le manque de mixité sociale, soulignent l’intérêt du « Plus de Maîtres Que de Classes ».

 

Ensuite, pendant une heure, la rectrice a entendu des élèves parler de leur école idéale, de ce qu’ils aimeraient faire et comment ils aimeraient apprendre. Safiya, Amine, Saïd, Mohamed-Amine, Salima et Malak ont été les porte-paroles de leurs camarades.

Ils ont beaucoup d’idées !
En voici quelques unes :
À l’école, on aimerait bien…
– faire du théâtre,
– apprendre à jouer d’un instrument que l’on choisirait
– faire plus d’arts plastiques (pour cela on aimerait bien avoir plein de matériel et une arrivée d’eau dans la classe pour faire beaucoup de peinture)

On aimerait bien aussi…
– faire du bricolage et du jardinage,
– de la cuisine.

On aimerait bien…
– apprendre à utiliser les nouvelles technologies (avoir un ordinateur par élève ou une tablette)
– faire plus de sciences (de la chimie par exemple) et faire des expériences comme au collège avec du matériel (avoir un squelette par exemple), manipuler.

On aimerait…
– apprendre des gestes de sauvetage comme les JSP (jeunes sapeurs-pompiers).

On aimerait avoir une classe beaucoup plus grande avec un coin pour la lecture, un coin pour des jeux, un coin pour les arts visuels, des ordinateurs… pouvoir travailler en groupe pour s’aider, s’entraider sans déranger les autres.
On aimerait avoir de plus grandes tables et des chaises plus confortables, des récréations plus longues et du gazon à la place du béton.
On aimerait bien avoir un gymnase juste à côté de l’école avec du matériel pour faire plein de sports différents et plus souvent.

On aimerait faire plus de sorties pour s’instruire, aller à Paris, au cinéma et aussi pouvoir se réunir entre élèves pour choisir nos activités.
On aimerait avoir un maître ou une maîtresse pour peu d’élèves qui s’occuperait de nous dès qu’on en a besoin, avoir confiance et que tout le monde devienne plus intelligent. Ainsi, nous pourrons exprimer nos idées, apprendre en étant respecté, raconter des histoires, pouvoir communiquer en anglais, mieux comprendre la vie et nous débrouiller seuls, aider nos parents et plus tard aider nos enfants.

 

 

 

Enfin, les enseignants ont pu s’exprimer sur des questions d’actualité

comme les CP à 12 élèves.

La rectrice les a aussi entendus sur les différentes façons de pratiquer la pédagogie différenciée dans les classes, l’intérêt du travail avec Pascal (PdMQdC) et de la formation avec Raphaelle.

Le nombre d’élèves par classe et la question de la mixité sociale ont également été abordés.

C’était une après-midi riche par la sincérité et la spontanéité des échanges !!!

Merci Madame la Rectrice

Violette

1 mai 2017 - ele-chenove-violettes-21

Le changement, c’est maintenant !

Il s’agissait de dire ce que nous aimerions changer à la maison
et de trouver un stratagème !!!
J’ai envie de déménager dans une belle maison avec un jardin et une piscine. J’ai trouvé une astuce pour convaincre mes parents : je vais leur dire que dans ce bâtiment, les voisins font trop de bruit et qu’en plus ma petite sœur Sarah pourra mieux dormir dans une belle maison, parce que dans une maison, c’est calme, donc c’est pratique.
Rayhana, CE2
Dans ma maison, j’aimerais bien changer mon canapé car il n’est pas moelleux et ça me fait trop mal au dos. J’ai une très bonne idée : je vais convaincre mes parents en faisant exprès de me bloquer le dos.
Hélène, CE2
Chez moi, j’ai envie de changer ma chambre car elle n’est pas à mon goût : le papier peint ne me plait pas ! Et pour ça je vais dire à ma maman que je ferai la vaisselle, le ménage, à condition qu’elle refasse ma chambre. C’est du chantage bien sûr, mais c’est la seule solution que j’ai trouvée.
Kadydia, CE2
Chez moi, j’ai envie de changer mon lit parce qu’il est cassé. Pour convaincre mes parents, je vais leur dire que j’ai mal au dos. Je vais faire exprès de pleurer et je vais prendre le rouge à lèvres de ma maman et en mettre sur mon dos ! J’espère qu’ils vont tomber dans le piège !
Chaymae, CE2
1 mai 2017 - ele-chenove-violettes-21

Textes libres, encore !!!

Samedi, j’ai préparé de la soupe chez ma mamie et en dessert, il y avait des cup-cakes au Nutella avec de la crème chantilly.
Inès, CP
Il était une fois un troll qui vivait sous un pont. Trois boucs marchaient pour brouter de l’herbe. Mais ils devaient traverser le pont où vivait le troll.
Le plus petit monta sur le pont.
  • Qui marche sur le pont ?
  • Je vais dans la montagne, dit le petit bouc.
  • Je ne te crois pas, je vais te manger !
  • Tu n’as qu’à manger mon frère, il est plus gros que moi !
  • D’accord ! »
Le moyen bouc monta à son tour sur le pont :
  • Que fais-tu sur mon pont ?
  • Je vais dans la montagne où c’est tellement beau, dit le moyen bouc.
  • Je vais te manger !
  • Tu n’as qu’à manger mon frère, il est plus gros que moi !
  • D’accord ! »
Quand le plus gros bouc monte sur le pont, le troll lui barra la route et lui dit :
  • Toi, je vais te manger
Alors le bouc lui donna un coup de corne et l’envoya dans l’eau de la rivière.
Enfin, ils arrivèrent dans la montagne et broutèrent l’herbe bien verte.
Terence, CE1
Il était une fois un bûcheron avec ses deux enfants : une fille et un garçon. Ils étaient pauvres. Aurore, sa fille l’aidait. Son fils Alex, lui, faisait le ménage. Un jour, le père tomba gravement malade. Les enfants l’aidèrent, mais il mourut. Aurore et Alex devinrent orphelins. La police les rechercha longtemps. Puis les policiers les retrouvèrent et les emmenèrent à l’orphelinat. Ils vécurent là, avec d’autres enfants jusqu’à leur majorité. Ils étaient heureux et vivaient en harmonie. Aurore et Alex restèrent ensemble, pour eux, c’était le plus important.
Maryam, CE1
La princesse Sofia
Dans le royaume d’Anchancia, il y avait une petite fille nommée Sofia. Elle vivait avec sa mère Miranda. Sofia et sa maman vendaient des chaussures. Un jour le roi Roland leur demanda des chaussures. Lorsqu’ils se rencontrèrent, le roi et Miranda tombèrent amoureux. Ils se marièrent et Sofia devint princesse. Il y eu une grande fête en l’honneur de la jeune fille. Elle trouva ça très attentionné et était émue.
Aya, CE1
Bonjour, je suis Saïd, je vais vous raconter un documentaire sur moi. Ma couleur préférée est le bleu. Mes animaux préférés sont le lion et le tigre. J’aime les cartes Pokémon. Mes amis sont Mohamed, Killyan, Rayan, Zakaria, Halid, Démaïli, Billal et Térence. Mon monstre préféré est le vampire. J’aime les choses rares comme les fossiles de dinosaure. Le métier de mes rêves est vétérinaire.
Saïd, CE1
Bonjour, je m’appelle Aya. Je vais vous raconter la vie à la campagne. A la campagne, il n’y a pas de magasin, il y a des jardins. Il n’y a pas d’école et même pas de WC. Pour le petit déjeuner, on va dans la ruche, on récupère le miel des abeilles et on part. Voilà, je vous ai raconté la vie à la campagne, au bled.
Aya, CE1
Un homme qui s’appelait Jean Louis était très riche. Il avait beaucoup de dollars et beaucoup de chance. C’était un intellectuel. Il savait tout ! Il avait une Lamborguini et un hôtel avec une piscine. La famille était chanceuse. Mais il n’était pas heureux : il n’aimait pas voir les pauvres qui n’avaient pas d’argent. Alors, il donna toute sa richesse. Maintenant, il était bien plus heureux. Il comprit que l’argent ne faisait pas le bonheur.
Yassine, CE1
L’ogre et la petite fille
Un ogre vivait dans un château. Il mangeait tout le temps. Il mangeait des enfants, des bébés, des canards, des poissons crus et des poulpes. Un jour, il trouva une belle demoiselle. Il tomba amoureux. Alors, il la fit entrer dans son château et depuis lui fait depuis, de bons petits plats.
Mélina, CE1

Je vais vous parler de ma classe.
Ma classe est jolie, il y a des sapins, des bonbons, des coloriages très beaux, un ordinateur, des chaises, des tables, des fleurs, des fenêtres, une porte, des livres très beaux, un joli TBi, une règle et… la plus jolie dans la classe, c’est la maîtresse.
Yasmine CE1
Il était une fois, un robot intelligent et gentil. Il était amoureux d’un autre robot, gentil lui aussi. Ils partaient à l’école ensemble. Ils s’appelaient Franky et Christian. Ils firent un mariage. Ils eurent une petite fille et ce fut un robot.
Halid, CE1
Il était une fois un garçon qui allait au magasin avec sa maman faire les courses pour sa fête d’anniversaire. Il lui dit : « Je veux ça, ça, ça ! ». Et sa maman acheta tout ce qu’il demandait. Mais pour son gâteau, elle n’avait plus de billet. Alors, ils allèrent à la poste, mais elle était fermée parce qu’elle venait de se faire cambrioler. Que faire ? La maman décida de faire le gâteau à la maison. Le gâteau au chocolat fut délicieux !
Reda, CE1
Aujourd’hui, c’est la photo de classe. Les filles sont drôlement jolies avec leurs jupes bleues et leurs tee-shirts sombres. Les garçons sont très beaux aussi. Un garçon aperçut une des filles et tomba amoureux d’elle, car elle était très belle. Marc, c’est son nom, s’assied à côté de son amoureuse et « clic » le photographe les prit en photo. Puis, la fille embrassa le garçon et la soirée fut merveilleuse!
Amina, CE1
Il était une fois un homme qui vivait seul avec son enfant. Ce père décida de se remarier, mais Réponse, sa fille, ne voulait pas. Elle ne le dit pas à son père. Elle savait qu’il ne voudrait pas l’écouter. Chaque jour, Réponse lisait des livres sur des hommes remariés. Toutes ces deuxièmes épouses étaient souvent méchantes. Réponse lisait cela dans de vrais livres, dans lesquels il y avait de vraies histoires, qui s’étaient vraiment passées. Le père se remaria et cette femme était reine. Elle était gentille. Réponse devint alors princesse. Son père, le roi, et sa mère, la reine vivaient heureux et leur fille aussi. Elle eut raison de ne rien dire !
Maryam, CE1
Il était une fois un garçon qui s’appelait petit Malin. Il ne savait ni lire, ni écrire et sa télé était en panne et ses amis étaient en vacances. Quand il regarda par la fenêtre, il vit deux planètes différentes. Il se demanda ce qu’il y avait sur ces deux planètes. Un monsieur apparut. Il s’appellait Cosmopolux et lui dit : « Dans la planète orange, il y a des bétas ». Ensuite, Furiosa, la sorcière apparut à son tour. Elle voulait anéantir l’autre planète, celle des Alphas. Alors, Cosmopolux lui dit : « Les Alphas sont en danger, il faut que tu viennes les aider ! »
Amina, CE1

 

12 avril 2017 - ele-chenove-violettes-21

Le mouvement Hip-hop, qu’est-ce que c’est ?

Le mouvement Hip-hop est né aux Etats-Unis (New York) dans les années 1970. C’est un mouvement artistique et culturel.

La culture hip-hop connaît plusieurs disciplines :

le rap

la danse Hip-hop (break dancing),

mais aussi le Scratch (le DJing),

le Beatbox

et le Graffiti.
Si l’art du graffiti t’intéresse, lit cet article et tu découvrira en même temps tout sa diversité !

Il faut imaginer, dès les années 70, de grandes fêtes, les block parties, qui réunissaient la jeunesse afro-américaine du Bronx (quartier populaire de New-York), au cours desquelles toutes ces disciplines sont pratiquées.

La culture Hip-hop arrive en France en novembre 1982.
 
Maintenant voici quelques liens pour se mettre dans l’ambiance…
du scratch :
 
…du Beatboxing :
 
…du Rap :
 
…de la danse hip hop :
et du graffiti (sur papier, un Flop, comme à l’école)
Si l’art du graffiti t’intéresse, lit cet article et tu découvrira en même temps tout sa diversité !

et pour l’exploit :
Battle de danse :

11 avril 2017 - ele-chenove-violettes-21

Concert au Cèdre du 10 avril 2017

Mettez le son !!!

Voilà l’programme !!!

« Ah vous dirai-je maman » : musique traditionnelle datant de 1748. Les paroles seront écrites plus tard (1765).
Mozart a composé 12 variations de ce thème dans les années 1781/82

Et voici notre variation  (merci Lorinda)

« Le lion est mort ce soir« , chanson populaire africaine de Solomon Linda. 1939
(version française en 1962. H. Salvador)

« Le téléfon » de Nino Ferrer.  1967

« Sur ma route » de Black M. 2014

« Armstrong » de Nougaro 1965

Le final de la « symphonie du nouveau Monde » d’Antonin Dvorak. 1893

1 avril 2017 - ele-chenove-violettes-21

Petit lexique du graffeur

Petit lexique du graffeur

Clique sur les numéros ou les mots soulignés pour voir les images et les vidéos.

Aérosol : Bombe de peinture.

All city : avoir ses œuvres visibles dans toute une ville.

Battle : Compétition entre plusieurs graffeur.

Blaze ou Blaz : Nom que l’artiste se donne, il est très souvent choisit pour l’harmonie des lettres entre elles. Synonyme de « tag ».

Brûlure : Inscription en couleur gravée.

Caps : C’est l’embout du spray. Il en existe pour toutes les formes de traits que l’on veut faire (large, fin…)

Craie au sol (1) (2)   : L’art de dessiner à la craie. Souvent de magnifiques « trompe l’oeil ».
Crew : C’est une communauté, un groupe de graffeur qui se réunit pour peindre ensemble.
Collages  (1) (2) (3) (4) (5) (6) : Les collages des images imprimés sur du papier et collés sur les murs. Résistant difficilement aux intempéries, ils disparaissent très vite.
(toutes ces photos de collages ont été prise à Paris dans le 11e)
Drips : Effet de coulures de peinture.

Effet : Élément décoratif qui a pour but d’embellir les lettres.

Fade : Mélange de couleurs progressif pour dégrader une couleur.

Freestyle : Graff fait sans esquisse au préalable, improvisation.

Fresque : Dessin élaboré qui associe écriture, couleurs, personnages et paysages pour décrire une scène ou raconter une histoire sur un support de grande surface /Mur entier. Clique ici pour voir la vidéo d’une fresque en construction

Flop : graff simple, sans remplissage ou rempli très simplement. 

Graff : Dessin élaboré en couleur dont les contours donnent souvent un effet de relief.

Graffeur : Celui qui pratique le graffiti (Writer en anglais).

Graffiti : C’est un mot Italien. Inscriptions non autorisées et indésirables se présentant sous forme d’une signature ou un dessin stylisé, en milieu urbain à la surface des murs accessibles, utilisé comme signe de reconnaissance d’un individu ou d’une bande.

Hall of fame : Spot (lieu) regroupant régulièrement des œuvres d’artistes plus renommés.

Jam : Événement légal organisé pour rassembler des graffeurs.

Lay-up : C’est l’endroit où les trains sont généralement garés.

Lettrages (1) (2) (3) : Il s’agit de lettres stylisées de grande taille, très colorées et dont la calligraphie est parfois si poussée qu’il est difficile d’en décrypter le sens. On peut en distinguer deux types : ceux accompagnés d’un personnage et ceux constitués uniquement de lettres.

Marker : Feutre a embout large utilisé principalement pour le tag, il existe une multitude.

Mosaïques (1) (2) : La mosaïque est inspirée du pixel-art.

Pochoir : Le pochoir est un support réutilisable : une plaque de carton, de métal, de plastique découpée que l’on fixe sur la surface à peindre et dont on remplit de peinture les zones vides. Artiste : Banksy (1) (2)   

Punition : Taguer un endroit de manière répétitive.

Reverse Graffiti/ ou clean tag (1) : le reverse graffiti est une technique de création « propre » du graffiti, puisqu’il enlève la saleté des tunnels, murs, etc. On n’utilise ni peinture, ni encre. Mais aussi comme Vhils (1) (2), on peut gratter les murs en ruines ou bâtiment abandonnés, à l’aide d’outils improbables comme le burin, le marteau-piqueur, la pioche, le cutter, les explosifs ou les acides ; Vhils réalise de magnifiques portraits et offre un nouveau visage au paysage urbain.

Session : Faire une session signifie peindre en compagnie d’autres artistes.

Spot : Lieux où sont réalisé des graffs ou tags.

Stick ou sticker : Étiquettes autocollantes ou petites affiches avec graffiti.

Street art ou Art urbain : Catégorie regroupant tous les éléments artistiques créés dans la rue de manière officielle ou illégale. (break dance, rap, hip hop, théâtre, graffiti, flash mob, etc…).

Tag (1) : Signatures codées du graffeur ou graphismes de reconnaissance sommaires. Souvent effectué à la hâte.

Toyer : Fait de recouvrir un tag. Action synonyme de provocation. Le mot « Toy » désigne aussi les graffeurs dits mauvais ou débutants, mais c’est plus souvent pour la qualité du travail que ce terme est utilisé.

Vandal (1) : Graffiti illégal, lettrage peint rapidement dans un endroit non autorisé.

White cube (1) : Galerie ou musée comme espaces d’exposition.

Les graffeurs cherchent à faire voyager leurs œuvres, alors ils « graffent », ils « bombent » sur les trains :

Whole-Car (1) (2) : graff réalisé sur la totalité d’un wagon.

Whole-Trains (1) : la totalité du train est recouverte de graffs.

Window-Down (1) : graff réalisé sous les fenêtres d’un train.

Writers : Designe les praticiens de l’art graffiti.

Yarn bombing (1) (2) : Aussi appelé urban knitting, c’est faire du graffiti avec des pièces tricotées.

Les graffeurs adorent utiliser le mobilier urbain (1)

 

 

 

1 avril 2017 - ele-chenove-violettes-21

Avec Eltono, donnons des couleurs au quartier !!!

Eltono, c’est l’artiste avec lequel nous allons donner des couleurs à notre quartier en réalisant des fresques sur les murs de notre école !!! Oui, oui, vous avez bien lu, sur les murs de notre école !!! Et nous avons besoin de toutes les bonnes volontés !!!

Cette fin d’année scolaire 2016/2017 sera la première étape de notre projet d’Art Urbain. Il sera un bel exemple de Culture participative, grâce à l’implication de nos élèves et de leurs parents dans la réalisation des fresques murales. Ce projet participe largement à l’appropriation de l’espace urbain par ses habitants, de la construction d’une « Culture commune » et du « vivre ensemble ».

Merci à tous nos « facilitateurs » de projet et mécènes.

Nous avons hâte de nous attaquer à la face Ouest

et au préau de notre école !!!

En attendant, nos élèves :

  • visitent le quartier des Grésilles et découvrent les œuvres d’Eltono,
  • apprennent ce qu’est l’espace urbain et le Street Art,
  • s’enrichissent des lexiques spécifiques,
  • découvrent des artistes et leur technique (tag, graff, collage, pochoir, graffiti, reverse graffiti, mosaïques, craie, Yarn bombing…),
  • vont s’exercer au Flop et chercher leur Blaze…

Nous allons aussi les emmener au festival « Bien Urbain » de Besançon :

  •  ils y verront des graffeurs en pleine création
  • et visiteront une expo de l’artiste EricailcanE au musée du temps.

Maintenant; je vous laisse découvrir les œuvres de notre artiste. Bonne promenade sur son site :

Au marché des Grésilles, création participative. Le mur est quadrillé et les dés décident de la forme et de la couleur !!!
 
Ces peintures murales :
Avant d’enlever le ruban adhésif !!!
au Brésil :
encore :
et plus largement :

Et si l’envie vous prend, nous aurons bien évidemment un pinceau à vous prêter fin juin, début juillet !

à très bientôt donc !

22 mars 2017 - ele-chenove-violettes-21

En 2050… (CE2)

En 2050, je vivrai dans une villa et je mangerai de la viande. J’aurai une voiture volante et à 42ans, j’irai au Maroc en vacances. J’irai voir ma grand-mère et puis je reviendrai en France pour voir ma mère. Et après, j’irai en Espagne et je vivrai là-bas.
Hamza B
En 2050, je vivrai dans une cabane. Je me déplacerai en voiture amphibie. Je mangerai des céréales. J’aurai 41ans. Comme métier, je serai bricoleur. J’aimerai avoir des amis. Je nourrirai ma famille. Je serai aussi scientifique. Les tableaux numériques, ce sera moi qui les inventerai. Je ferai le tour du monde comme Magellan (dommage, il est mort au Philippines). Je ferai une course avec l’homme le plus rapide du monde.
Mohamed
En 2050, j’aimerais que les gens arrêtent de polluer la terre en jetant des papiers et des ordures. J’aimerais aussi être docteur pour aider les gens et trouver des solutions pour les maladies graves. Je vivrai dans une villa de rêve. Je me déplacerai avec une voiture volante. Je mangerai équilibré pour ne pas perdre la ligne. Les gens seront bien habillés. Nous aurons des téléphones plus grands que des tablettes. La belle vie quoi!
Chaymae S
En 2050, on se déplacera en voiture qui vole dans les airs. Je vivrai au Mexique. Je ferai de la chimie. Je mangerai du couscous. La pollution n’existera plus, sinon la planète serait sale et abimée.
Nour    
En 2050, j’aurai 41ans. Je serai beaucoup plus grande. Je pense que les véhicules voleront peut-être. La nourriture sera la même, les maisons seront beaucoup plus jolies. Le métier que j’aimerais faire, c’est vétérinaire car j’aime beaucoup les animaux. Je serai mariée. Mes collègues seront gentilles, les animaux mignons. Je serai vraiment contente de ce travail, moi qui voulait tellement des animaux depuis que je suis toute petite. Mon rêve se réalise enfin.
Rayhana
En 2050, je vivrai dans une villa de rêve. Nous nous déplacerons en limousine volante. On mangera des paellas et des tacos. Je serai une star malgré mes 41 ans. Mon emploi du temps sera très chargée. Je devrai voyager partout dans le monde pour faire des concerts, des émissions de télévisions. Je passerai dans des orphelinats pour chanter. J’aiderai les gens en difficulté.
Vincianne
En 2050, quand je serai grande, je serai coiffeuse et aussi maquilleuse, j’habiterai dans une maison simple avec un jardinet. J’aurai mon chien. J’aurai une mercedes blanche et elle sera décapotable.
Lyna
En 2050, j’aurai 41 ans. Je vivrai dans une villa avec une énorme piscine. Je me déplacerai dans une limousine. Je mangerai, tout ce que je voudrai. Je serai danseuse.
Mayssan

22 mars 2017 - ele-chenove-violettes-21

Textes libres au CE2

Mes vacances de rêve à Hawaï
Un jour je suis allée à Hawaï pour mes vacances, pour me reposer avec ma famille. Ensuite nous avons louer une maison au bord de la mer.
Dès que je suis arrivée dans la villa, j’ai mis mon maillot de bain et j’ai sauté dans la piscine, je ne voulais même plus en sortir.
A midi nous avons été au restaurant manger du homard aux épices de fleur d’oranger. Le soir, la vue était magnifique, le soleil se couchait sur la mer.
Toute la journée, je bronzais sous les cocotiers.
Mais malheureusement ce n’est qu’un rêve.
Tasnîm
                                   
Blanche Neige et les sept nains
Il était une fois, une fille nommée Blanche Neige. Cette jolie fille jouait dans son jardin. Elle regarda dans un puits et elle parla : « Suis-je-belle ? » dit-elle. Le prince charmé par la voix de cette belle fille la chercha pendant des heures et des heures. La fille pris son panier et alla dans la forêt. Au bout d’un moment elle se perdit. Elle aperçut au bout de la forêt une petite maison et elle y entra. Elle vit un lit. Elle enleva ses chaussures puis elle s’endormit. Ensuite, des petits personnages entrèrent dans la maison. Blanche Neige se réveilla entourée de sept nains. Ils apprirent à se connaître, puis ils devinrent meilleurs amis. Les sept nains partirent chercher des pommes, soudain une vielle dame frappa à la porte et dit «  Ouvre ma petite ».
Blanche Neige ouvrit la porte, la vielle dame lui donna une pomme empoisonnée. La fille innocente croqua dedans et s’évanouit.
Le prince et les sept nains entendirent un  »BOUM » ! Ils ne savaient pas quoi faire. Un des nains dit au prince : « Embrasse- là, ça va marcher, j’ai vu sa dans un film !!! ».
Le prince écouta le nain et embrassa la princesse. Elle se réveilla grâce au baiser. Ils se marièrent et eurent plein d’enfants.
Shéryne
Il était une fois                                                                                        
Aujourd’hui, je vais à l’anniversaire de mon cousin. On est allé à Gigaland, il y avait Yanis, Ines et Narjis.
Nous avons joué au bowling et au trampoline. Nous avons mangé un gâteau « cars » et des cupcakes au chocolat et à la vanille. Nous avons terminé par jouer au foot.        
Nassim
Pendant les grandes vacances, je suis allée à Tahiti.
Ma grande cousine Sandra et moi, nous avons très bien surfer, c’était très cool ! Pour le goûter, nous avons mangé des mangues et du lait de coco. C’était un séjour amusant.
Anissa
15 mars 2017 - ele-chenove-violettes-21

Textes libres au CP et CE1 (1)

Nous nous lançons, en CP et CE1, dans une nouvelle pratique
d’écriture quasi quotidienne :
le texte libre.
Alors attendez-vous à être noyés d’histoires vécues, inventés,
de textes documentaires, de poèmes…
Dans une petite maison à côté de la forêt, il y avait un petit garçon. Un jour, il est allé dans la forêt. Il s’est perdu, alors il cherche ses pas. Il les a cherchés longtemps. A la nuit tombée, il y avait des loups qui sortaient leurs griffes. Le petit garçon prend un bâton. Il tape le loup avec. Il a un bobo. Le petit garçon a gagné. Il a retrouvé son chien qui sent les traces. Ils ont retrouvé leur maison.
                                                                        Abderahmane CP
Un ogre mange une salade de chat, une tarte de souris, une saucisse en bois et un gâteau de soupe.   
                                                                                   Rayane CP
Il était une fois, une petite fille qui se promenait dans la forêt. Tout à coup, apparaît une toute petite fée. La petite fille qui s’appelait Violette demande à la fée :
« Est-ce que je pourrais avoir une glace ? »
La fée lui dit : « Bien sûr ! ». La petite fille était heureuse et elle ramena la fée chez elle.
                                                                        Amina CE1
Il était une fois, une princesse qui vivait avec sa belle mère. Elle n’avait ni papa ni maman. Elle avait plein d’amis. Un jour, quelqu’un l’invita à une fête. Elle alla le dire à sa belle-mère et sa belle mère lui dit : « Non ! ». Elle était triste parce que sa belle-mère lui avait interdit d’aller à la fête.
                                                                        Sara CE1
Les différents animaux
Sur terre, il y a beaucoup d’animaux différents. Il y en a qui aiment l’eau, comme les phoques et les poissons d’autres qui n’aiment pas l’eau comme les chats et les chattes. Il y a des petits animaux comme les souris et les rats, des gros comme les lions et les tigres, des « longs » comme les girafes. Les girafes restent en troupeau. C’est un mâle qui dirige le troupeau.
                                                                        Maryam CE1
Il était une fois, trois petits ours : un petit, une maman et un papa. Ils sont allés dehors. Une petite fille a vu une petite maison, elle entre et elle s’assoit sur la petite chaise. Mais elle se casse. Elle s’assoit sur la moyenne chaise et elle se dandine. Elle s’assoit sur la grande chaise et elle est bien. Elle reste un peu et elle va dans le petit lit qui est trop dur. Elle va dans le moyen et se dandine. Elle va dans le grand lit et elle est bien. Les trois ours rentrent chez eux, ils vont dans les lits et ils voient la petite fille. Elle les voit aussi, elle crie et elle part en courant.
                                                                                 Shéhérazade CP
Aujourd’hui, je suis allée dans la forêt et j’ai cueilli des pommes et des cerises. Ici, dans la forêt, je suis perdue. Je suis étonnée, une cloche sonne. Je retrouve mon chien et je rentre chez moi dormir. Ce matin, mon chat et mes petites sœurs étaient là et on a dessiné.
                                                                                                            Mayssa CP
Quand j’étais bébé, je suçais mon pouce mais comme je suis une grande fille, je ne le suce plus. Maintenant, j’ai 6 ans.                                                      Bibiana CP
Un petit garçon se réveille. Il a faim, il va faire son petit déjeuner et pour son petit déjeuner, il prend un bol de chocolat et une tartine. Son chat n’a pas faim. Le petit garçon sort pour faire du ski. Au ski, il est tout seul. Il voit quelqu’un. La personne lui dit : « Viens chez moi ! ». Le petit garçon va chez elle. C’était un sorcier ! Il lui dit : « Je vais te manger ! ». Et il le mange.
                                                                                 Lina CE1
Ce matin, un garçon qui vivait dans une ferme, veut aller dehors. Il se perd dans la forêt. Soudain, il voit un ogre. L’ogre veut le manger. Il court ! Après, il voit une maison. Il rentre dans la maison et il voit un papi. Il lui dit bonjour et l’ogre ne le voit plus. Il est parti. Maintenant, le petit garçon vit avec le papi. Ils sont heureux.
                                                                                 Vesna CE1
2 mars 2017 - ele-chenove-violettes-21

Le Vendée Globe, qu’est-ce que c’est ?

Ce travail a été réalisé par l’ensemble de la classe de CM1/CM2 et
a été exposé par les élèves (en total autonomie par groupe de trois)
sur TBi aux 7 autres classes de l’école.
Bonne lecture ! et n’oublie pas de regarder les vidéos et
de cliquer sur les images pour les voir en grand !!!
Nous allons vous présenter le Vendée Globe. C’est une course autour du monde, à la voile, internationale, en solitaire et sans escale. Elle se déroule tous les 4 ans depuis 1968. Cette année 29 skippers de 10 nationalités différentes auront participé à la course. A bord de leur bateau monocoque de 18 mètres de long, ceux d’entre eux qui n’auront pas abandonné, auront parcouru environ 42 000 km.
Les participants sont partis des Sables d’Olonne en Vendée (France) le 6 novembre dernier. Ils ont navigué sur 3 océans, l’Atlantique, l’Indien et le Pacifique, et seront passés au large de 3 caps mythiques (cap de Bonne Espérance, cap Leeuwin et cap Horn).
Le vainqueur de cette édition est Armel Le Cléac’h, un breton arrivé le 19 janvier après 74 jours de course et battant ainsi le record du précédent vainqueur qui était de 78 jours. Cinq autres marins ont depuis franchi la ligne d’arrivée mais il reste encore 12 skippers en course (sur les 29 du départ, 11 ont abandonné).
Le podium
Nous allons maintenant vous expliquer cette course en détail…
Tout d’abord, un peu d’histoire…
Le premier tour du monde a été réalisé au XVI ème siècle, par l’équipage de Fernand Magellan, un portugais. Le 10 aout 1 519, 237 hommes embarquent sur 5 navires et
quittent Séville en Espagne pour un tour du monde.
Trois ans plus tard en 1 522, ils ne seront que 18 hommes sur 237 à rentrer au port. Magellan lui a été tué au cours du voyage mais son nom reste malgré tout associé à cet exploit. Magellan a donné son nom à un détroit.

Revenons à la course du Vendée Globe… Que veulent dire :
En solitaire ?
Sans escale ?
Sans assistance ?
En solitaire : personne d’autre que le skipper ne peut monter à bord du bateau.
Sans escale : les marins ont le droit de s’arrêter (par exemple jeter l’ancre dans une crique pour faire une réparation), mais pas de mettre le pied à terre.
Sans assistance : les marins ont le droit de se faire conseiller à distance
par un médecin ou l’architecte du bateau, mais ils doivent se soigner ou faire des réparations tous seuls en cas de problème.
Photo du départ

C’est pourquoi…

…le Vendée Globe est surnommé l’Everest des mers car c’est

la course en solitaire la plus difficile au monde.


L’Everest est une montagne située dans la chaîne de l’Himalaya à la frontière entre le Népal et la Chine en Asie.

L’Everest mesure 8 848 mètres, c »est le plus haut sommet du Monde, d’où son surnom « le toit du Monde ».
De nombreux alpinistes tentent son ascension chaque année,mais c’est très difficile car au sommet l’air y est glacial avec moins d »oxygène, ce qui empêche les hommes de bien respirer.
Le parcours :
Les marins partent des Sables d’Olonne en France (Vendée), descendent l’Océan Atlantique, franchissent l’Equateur (passent de l’hémisphère nord à l’hémisphère sud), contournent l’Afrique (cap de Bonne Espérance)
traversent l’Océan Indien, passent sous l’Australie (cap Leeuwin) et la Nouvelle Zélande, traversent l’Océan Pacifique jusqu’à la pointe sud de l’Amérique (cap Horn), puis remontent l’Océan Atlantique, pour repasser l’Equateur et revenir dans notre hémisphère, pour rentrer aux Sables d’Olonne. (Que de mots appris !)
La Terre est ronde donc nous allons vous montrer une vidéo du parcours…
 
 

Pour mieux se repérer sur le globe il y a des lignes imaginaires :

l’Equateur et le méridien de Greenwitch à partir desquelles on établit des coordonnées en degrés.

Nous avons suivi la course sur le site du Vendée Globe grâce à la cartographie.

L’équateur correspond à 0° Nord et 0°Sud et le méridien de Greenwitch (il passe en France) correspond 0° Ouest et 0° Est.
A partir de ces deux lignes, on trace d’autres lignes imaginaires et numérotées qui servent à donner les positions des nos marins (ce sont des données GPS).

 

 
Le vent :
Les 40èmes rugissants et les 50èmes hurlants sont des vents très violents qui rendent difficile la navigation dans la zone sud de la planète (notamment le passage du cap Horn). La mer est déchaînée car certaines vagues peuvent faire le tour de la planète sans aucune terre pour les arrêter.

Le pot au noir est dans la zone de l’équateur. C’est un endroit avec peu de vent ou il fait très chaud. Les voiliers peuvent rester immobiles pendant longtemps. Les marins disent qu’ils sont dans « la pétole ».
La zone d’exclusion :
Pour éviter les collisions avec des blocs de glace ou des icebergs qui remontent de l’Antarctique les marins n’ont pas le droit d’entrer dans cette zone sous peine d’être pénalisés.

Les marins ont « franchi » 3 caps importants. Pour eux c’est un événement fort. Ils ouvrent une bouteille (champagne par exemple), et trinquent à la santé du bateau (pour le remercier et par superstition car ils espèrent que cela va leur porter chance).
Mais le plus prisé des 3 caps est le cap Horn, il faut descendre très bas et se rapprocher des zones de glace. Il fait très froid dans cette zone et comme 2 océans s’y rejoignent (Atlantique et Pacifique) il y a beaucoup de courant et de tempêtes.
Avant, quand les bateaux étaient moins sûrs et les cartes moins précises, de nombreux marins ont péri en mer en tentant de le franchir. Cela en fait un cap mythique.
Aujourd’hui encore franchir le cap Horn reste un exploit et tous les marins en rêvent… Pour certains skippers c’était une première. Ils étaient des bizuts…
 

Les bateaux :

Ce sont tous des voiliers monocoques appelés IMOCA.


L’IMOCA est le voilier monocoque le plus rapide de la planète mené par un marin solitaire.
Clique là pour voir les superbes images de Thomas Ruyan envoyées par la Marine Nationale. Incroyable !

Dimensions du bateau: 18,68 mètres de long

4,50 mètres de tirant d’eau

29 mètres de tirant d’air

Certains marins ont abandonné la course car ils ont eu des avaries sur leur bateau. Les avaries les plus courantes ont été causées par des OFNI (objet flottant non identifié) sur la coque, la quille, les safrans ou les foils.

D’autres marins ont cassé leur mât ou déchiré des voiles à cause du mauvais temps. Enfin certaines pièces se sont parfois cassées (pilote automatique, anémomètre…) sans véritable raison…

Tanguy de Lamotte tente de réparer son mât.

Quand le bateau est endommagé, le skipper a plusieurs solutions :
– Soit il continue la course avec son bateau endommagé.
– Soit il répare tout en continuant la course.
– Soit il se déroute pour aller s’abriter près des côtes et pouvoir réparer tranquillement.

Clique ici pour voir Kojiro Shiraishi en haut de son mât (J25)

Malheureusement, souvent les dégâts sont trop importants et le marin doit abandonner. Il essaye de rejoindre le port le plus proche pour « sauver » son bateau. C’est le cas de Thomas Ruyant qui faisait son premier Vendée Globe. Il a heurté un OFNI entre l’Australie et la Nouvelle Zélande (probablement un container) et sous la violence du choc la coque s’est cassée en deux.

Malgré cela, alors que le bateau menaçait de couler à tout moment, le jeune skipper a réussi à rentrer en Nouvelle Zélande. Un autre skipper Kito de Pavant qui lui avait un trou dans sa coque (toujours après un choc avec un OFNI) a été obligé d’abandonner son bateau en pleine mer. Le marin a été secouru par un navire ravitailleur.

L’habitacle du bateau de Kito de Pavant sous l’eau.

Après avoir démâté, Paul Meilhat a réussi à ramener son bateau à Tahiti.

Celui-ci a été sorti de l’eau et il va être
ramené en France par cargo.

Un foil cassé pour Alex Thomson. Il continue la course.

Stéphane Le Diraison recoud sa voile. Finalement, il finira par démater.

Sébastien Destremeau répare son mât. Il reprend la course.

2 safrans cassés pour Romain Attanasio.
Après 11 heures d’effort, il réussit à réparer ses 2 safrans et reprend la course.
Conrad Colman a démâté. Il a réussi à bricoler un gréement de fortune
et il remonte tout doucement vers les Sables d’Olonne…

La vie à bord du bateau :

Les marins passent leur temps à régler les voiles, changer de cap afin d’aller le plus vite possible. Ils dorment très peu, par tranches de 40 minutes pas plus de 6 heures par 24 heures. Quand les nuits sont agitées ils ne dorment pas du tout…

Ils mangent des plats cuisinés qu’ils réchauffent rapidement.

 

Le voilier gite et bouge sans cesse. Les marins se déplacent malgré les embruns. Ils sont très agiles.

Attention, un marin qui tombe à l’eau sans son harnais ne pourra pas remonter à bord… Physiquement c’est dur, certains se blessent et se soignent comme ils peuvent… Heureusement, pas de gros bobos cette année…

Les mains des marins sont abîmées par le sel, le froid et la manipulation des cordages.

Jean Pierre Dick s’est ouvert le menton, il a mis quelques agrafes.

En 1992 un marin, Bertrand de Broc, s’était blessé au visage et profondément sectionné la langue. Il avait du se recoudre. Mais parfois, c’est plus grave…

Pour preuve, Yann Elies qui vient de finir 5ème au classement est un miraculé d’une précédente édition…

En effet, il y a 8 ans, lors d’un précédent Vendée Globe, à cause du mauvais temps, Yann Eliès avait été projeté hors de son bateau. Heureusement ce jour là, il avait mis son harnais de sécurité. Il avait du lutter pour se hisser à bord malgré un fémur cassé et il avait attendu pendant 36 heures qu’on lui vienne en aide. C’est un autre marin qui s’était dérouté pour lui porter secours en attendant qu’on vienne l’évacuer. Il a raconté son expérience dans un livre :
Survivant des mers du Sud !
Parfois c’est encore plus grave. C’était il y a 8 ans également, Jean Le Cam qui est arrivé 6ème cette année avait chaviré juste avant le Cap Horn. Il avait déclenché sa balise de détresse et c’est un autre concurrent Vincent Riou qui
lui avait porté secours. Les marins sont très solidaires entre-eux. Nous allons vous montrer la vidéo de son sauvetage. C’était il y a 8 ans.
Les marins ont vu de beaux spectacles :
Arcs-en-ciel, levers et couchers de soleil…

Les marins ont aussi croisé des animaux :

des baleines, des dauphins, des albatros…
Pour les skippers observer les animaux marins est toujours magique.
Dès que les marins atteignent les mers du sud, ils guettent les premiers albatros…
Les albatros sont d’immenses oiseaux marins (3,50 mètres d’envergure) que l’on rencontre très loin des côtes en pleine mer. Ils peuvent voler des jours sans se poser ni se fatiguer.
Autrefois, les marins pensaient qu’ils portaient malheur.
Aujourd’hui les skippers sont très heureux de croiser leur route…
En pleine mer, les marins ne sont pas toujours seuls…
Certains d’entre-eux ont croisé la route d’autres bateaux :
un navire de guerre de la marine française et son hélicoptère,
des cargos,
un concurrent…
Les marins auront passé beaucoup de temps en mer, loin de leur famille. Ils ont passé les fêtes de fin d’année (Noël et jour de l’an) seuls sur leur bateau.

Vous aurez sans doute remarqué que les marinsne sont pas toujours habillés de la même façon… Cela dépend de l’endroit du globe où ils se trouvent…. C’est dans la zone de l’équateur qu’il fait le plus chaud. Plus on s’en éloigne, plus les températures baissent…


A leur arrivée aux Sables d’Olonne, tous les marins sont accueillis en véritables héros (quelque soit leur classement !).
Terminer la course est un exploit et le public est au rendez-vous.
Des petits bateaux accompagnent le voiliers jusqu’à l’entrée du chenal puis la foule attend les skippers sur la jetée.

Le vainqueur remporte ce trophée :
Il représente un grément (mât et voile) dans une sphère (la Terre)
 
Beau travail !!!
Bravo !!!
2 mars 2017 - ele-chenove-violettes-21

Mais où sommes-nous ?

Où sommes-nous ?
Dans un centre d’appel ?
Mais les employés sont bien jeunes ?

Mais non, nous sommes au CP.
Ces élèves travaillent, oui bien sûr, mais pour eux !
Là, ils apprennent à lire :
Ils codent des mots et dans le même temps apprennent
l’orthographe et les règles d’accords.
Ils deviennent de vrais experts :
ils transforment l’oral en écrit,
les sons en lettres,
les phonèmes en graphèmes comme disent les maîtresses.
Ils utilisent un Ecritoire :
Clique sur les images pour les voir en grand !

Pour écrire le mot « oiseau » que l’on prononce
avec ces 3 sons (3 phonèmes) /oi/z/o/
on pointe avec une baguette sur l’écritoire
les 3 écritures (graphèmes) de ces 3 sons :
OISEAU
et « si il y en a plusieurs », on pointera…
OISEAUX
 Mais tout ça, on peut aussi le faire avec des cubes qui s’emboitent !

Ces élèves semblent adorer ce travail en atelier
et des ateliers, il y en a pour tous les goûts.

Allez, ne les dérangeons pas plus longtemps.
Laissons-les travailler !
2 mars 2017 - ele-chenove-violettes-21

Le Vendée Globe (suite)

Le Vendée Globe va bientôt toucher à sa fin. Depuis que le vainqueur de cette course, Armel Le Cléac’h, arrivé le 19 janvier en 74 jours (battant ainsi l’ancien record qui était de 78 jours détenu par François Gabart), 11 autres marins ont remonté le chenal des Sables d’Olonne, à chaque fois sous l’ovation d’un nombreux public. En effet, les amateurs du Vendée Globe ne s’y trompent pas : chaque skipper entre dans la légende.
Il y a ceux qui battent des records, ceux qui en sont à leur deuxième, troisième et même quatrième participation. Il y a ceux pour qui c’était la première (les bizuts). Le premier « bizut » à franchir la ligne d’arrivée a été Éric Bellion. Il a voulu tenter l’expérience pour se faire plaisir et se dépasser mais aussi pour véhiculer un très beau message. Sa devise :

« Arrêtons de nous focaliser sur nos différences visibles
et concentrons-nous sur nos ressemblances invisibles. »

Il y a aussi les skippers qui ont eu des grosses avaries. Parmi eux beaucoup ont été contraints d’abandonner mais d’autres ont réussi à réparer leur bateau. On suit d’ailleurs avec beaucoup d’intérêt la fin de course de Conrad Colman qui a démâté au large du Portugal il y a maintenant plus d’une semaine. Il a réussi à bricoler un gréement de fortune et il remonte tout doucement vers les Sables d’Olonne…

Les skippers du Vendée Globe nous auront transportés dans leur tour du monde. Grâce aux vidéos mises en ligne par les marins les élèves ont rêvé quotidiennement. Il y en a même certains qui se verraient bien y participer, un jour…

En attendant rendez-vous dans 4 ans…

La classe de Mme Braud